Angel Bat Dawid & Tha Brothahood / Cheick Tidiane Seck solo

mercredi 7 septembre 20h00

Salle des concerts - Cité de la musique

Tarifs : 26 €
Placement libre assis
Durée : env. 2h20
La Cité de la musique - Philharmonie de Paris est accessible aux personnes à mobilité réduite. Des places adaptées aux spectateurs se déplaçant en fauteuil roulant sont disponibles dans toutes les salles de concert, sur réservation aux guichets ou par téléphone au 01 44 84 44 84.
La Grande salle Pierre Boulez, le Studio et la Salle de conférence (Philharmonie) sont équipés d’une antenne à haute fréquence.
Les personnes en situation de handicap visuel peuvent demander à être placées le plus près possible de la scène. Le programme de salle en format Word peut être envoyé quelques jours avant le concert, sur demande préalable.
Prêt de matériel (contre une pièce d'identité) aux différents accueils et vestiaires : fauteuils roulants, sièges-cannes, boucles magnétiques « tour de cou », jumelles, lunettes de télévision, monoculaires, loupes, casques anti-bruit. 
Vous rencontrez des difficultés d'orientation ou de mobilité, un volontaire du service civique peut vous accueillir (sur rendez-vous).
Renseignements : handicap@philharmoniedeparis.fr

Un vent de liberté va souffler sur la scène de la Cité de la musique : tourbillonnant avec la multi-instrumentiste américaine Angel Bat Dawid et son gang gospel, fervent avec le retour du pianiste malien Cheick Tidiane Seck pour un répertoire en solo. 

1/ Cheick Tidiane Seck solo

Après le succès de l’album Timbuktu, The music of Randy Weston, hommage au pionnier des mélanges entre jazz et musiques Gnawa, répertoire que Cheick Tidiane Seck a porté sur la scène de Jazz à la Villette en 2019 avec le grand Archie Shepp, voici le temps d’un nouveau projet pour le pianiste malien. Et c’est une surprise : à 69 ans, après 50 ans de carrière et des dizaines d’albums sous son nom ou comme accompagnateur, Cheick Tidiane Seck publie enfin un premier album en solo, enregistré au piano à queue, sans autre accompagnement que sa voix sur certains morceaux. Réalisé à Paris un an après que le pianiste a failli perdre la vie des suites du Covid-19 à Bamako, KELENA FÔLY est une nouvelle étape chargée de sens, d’où émane une intense pulsion de vie. On y entend les musiques mandingues, le blues et le jazz, intrinsèquement mêlés dans chacune des compositions originales.

2/ Angel Bat Dawid & Tha Brothahood

Révélation majeure de ces trois dernières années, avec son album The Oracle, Angel Bat Dawid est au cœur du renouveau de la scène jazz de Chicago impulsé par le label International Anthem, à qui l’on doit aussi l’émergence de Makaya McCraven, Jaimie Branch ou du collectif Black Monument Ensemble de Damon Locks, auquel la multi-instrumentiste prend une part active. Angel Bat Dawid joue de la clarinette, passe au piano, chante, dans un mouvement à la fois généreux et collectif, qui évoque les transes de Sun Ra et la ferveur recueillie du gospel. Un jazz spirituel et psychédélique qui prend une ampleur particulière sur scène, où les performances de la musicienne ont des allures de cérémonie folle et imprévisible, comme en témoigne le bouillonnant LIVE paru en 2020. On en sort chamboulé et régénéré.

← Retour à la programmation