Roberto Fonseca "La Gran Diversión"

1re partie : Ana Carla Maza solo

samedi 3 septembre 20h00

Grande Halle de La Villette

Tarifs : 35€
Placement libre assis
Durée : env. 3h10
La Cité de la musique - Philharmonie de Paris est accessible aux personnes à mobilité réduite. Des places adaptées aux spectateurs se déplaçant en fauteuil roulant sont disponibles dans toutes les salles de concert, sur réservation aux guichets ou par téléphone au 01 44 84 44 84.
La Grande salle Pierre Boulez, le Studio et la Salle de conférence (Philharmonie) sont équipés d’une antenne à haute fréquence.
Les personnes en situation de handicap visuel peuvent demander à être placées le plus près possible de la scène. Le programme de salle en format Word peut être envoyé quelques jours avant le concert, sur demande préalable.
Prêt de matériel (contre une pièce d'identité) aux différents accueils et vestiaires : fauteuils roulants, sièges-cannes, boucles magnétiques « tour de cou », jumelles, lunettes de télévision, monoculaires, loupes, casques anti-bruit. 
Vous rencontrez des difficultés d'orientation ou de mobilité, un volontaire du service civique peut vous accueillir (sur rendez-vous).
Renseignements : handicap@philharmoniedeparis.fr

Fidèle à Jazz à la Villette, le pianiste Roberto Fonseca propose cette année un projet exceptionnel, une réinvention de la Cabane Cubaine, le mythique cabaret du Montmartre des années 1930. Une invitation à la danse au son des classiques enivrants des années folles à Cuba.

Si le nom de Roberto Fonseca est aujourd’hui synonyme de renouveau d’une musique cubaine ouverte aux quatre vents, du hip-hop aux musiques électroniques en passant par la soul ou le funk, le pianiste n’en est pas moins attaché au patrimoine extraordinaire de l’île. C’est d’ailleurs au sein du mythique Buena Vista Social Club qu’on a pu le découvrir durant la première moitié des années 2000. Aujourd’hui, c’est vers l’âge d’or de la musique cubaine que se tourne le pianiste en restituant le décor et l’atmosphère bouillonnante de la Cabane, cabaret où le tout Paris des années 1930 venait danser le mambo, la rumba ou la salsa. Un voyage dans le temps, festif et immersif, auquel le public est invité à participer, comme un rendez-vous donné au swing, à la danse et la sensualité, à une époque où le besoin s’en fait sentir chaque jour. 

Lire quelques mots par l’équipe artistique du projet :
Bienvenue à La Gran Diversión

 

Première partie : Ana Carla Maza solo

Entre bossa, tango et chanson, la violoncelliste et compositrice cubaine Ana Carla Maza égrène souvenirs de Bahia et sentiments du présent. 

Quand elle est remarquée en 2018 avec son premier album studio, La Flor, la jeune violoncelliste Ana Carla Maza a déjà un joli parcours à son actif, d’une enfance cubaine baignée dans la musique (ses parents sont musiciens) aux grandes scènes françaises où elle a accompagné Jean-Louis Aubert, en passant par la Sorbonne où elle étudié la musicologie et l’interprétation classique au violoncelle ou encore Ménilmontant où elle rode ses propres chansons. Une constellation d’inspirations qui éclaire aujourd’hui Bahia, deuxième album dont elle a composé seule les neuf chansons à la fois sobres et vibrantes, enregistrées en une après-midi dans un studio barcelonais et pour la plupart interprétées en français, inspirées de son héritage cubain. Des souvenirs et des sons qui l’orientent vers la bossa et le tango, avec une simplicité et une force émouvantes.

 

 

← Retour à la programmation